"Partir à la recherche de ses ancêtres,
c'est découvrir, petit à petit, l'histoire d'un pays, à travers le vécu de son peuple;
c'est leur rendre hommage, tout en apprenant
à conjuguer le passé avec le présent..."
Suzette Leclair

Un brin d'histoire...

 

 

Biographies:
Félix Leclerc, orfèvre
Florent Leclerc
Guillaume Leclerc
John Le Clear
John Lewis Leclerc
Julien Leclerc
Leclerc dit Francoeur
Leclerc de l'Ile du-Prince-Edouard
Leclerc dit Jolicoeur
Leclerc dit La Bécasse
Leclerc dit Lafleur
Leclerc dit Lafrenaye
Nicolas Leclerc
Pierre Leclerc dit King
Auclair dit Leclair
Comeau dit Leclerc
Giroux dit Leclerc
Houde dit Leclerc
Petitclerc dit Leclerc
Pierre Pantaléon dit Leclerc
Van Clerc dit Leclerc
Vareau dit Leclerc

 

Collaborateurs:
Suzette Leclair

Gilles P. Leclaire

 

Webmestre:
 Suzette.Leclair@gmail.com

 

Nous rejoindre:

Gilles P. Leclaire
(514) 453-9387

 

 

 

Leclerc dit Lafrenaye

Dans la biographie de François Séguin, soldat du Régiment de Carignan, il est mentionné qu’aux environs de 1668, le gouverneur demande à Saint-Ours de lever des troupes destinées à la garnison de Ville-Marie. François Séguin, Thomas Neveu, Jean Clerc et Luc Poupard et d’autres quittent le fief de Saint-Ours pour se porter à la défense de Ville-Marie. Ce Jean Clerc, serait notre Jean LeClerc-Lafrenaye, qui portait un surnom comme tous les militaires de l'époque. Au baptême de sa fille Marie-Geneviève, il est nommé Jean Clere-Lafrenaie, ce qui confirmerait qu’il est au pays en 1668.

Le 23 janvier en 1706, à Saint-Ours, devant le notaire Pierre Benoit, Jean Leclerc dit Lafrenaye, âgé d'environ 41 ans, de LaBenate, 8 kms de Saint-Jean d'Angély, Saintonge, France, signe un contrat de mariage, avec Geneviève Circé, âgée de 21 ans, fille de François Circé, sieur de Saint-Michel, chirurgien et soldat de la garrison de Québec, et Marie-Madeleine Berthelot. On dit de Jean qu’il est soldat de compagnie de monsieur de Saint-Ours. Comme celui-ci est capitaine d’une compagnie du régiment de Carignan et une autre de la Franche Marine du roi, nous optons pour cette dernière compagnie.

Les nombreux militaires de haut rang qui parrainent ses enfants, et le peu de surface cultivée sur sa terre, nous laissent penser qu’il continua à guerroyer après son mariage. Au recensement du 15 mai 1745, à Saint-Ours, sa veuve occupait une terre de quatre arpents de front par 40 de profondeur, dix-sept arpents et demi de labourés et deux de prairie, sur laquelle était érigée une maison, une grange, une étable et une écurie. De plus comme nous n’avons pas trouvé trace des actes de baptêmes de quatre de leurs dix enfants, ceci semble indiquer qu’il accepta des postes de militaire, à l’extérieur de la province.

L’ancêtre Jean Leclerc-Lafrenaye met en terre sa belle-mère, Marie-Madeleine Berthelot, le 5 juin 1739, à Saint-Ours, comme il l’a fait pour environ 15 autres personnes, à la même paroisse. Il devait occuper le poste de bedeau à la fin de sa vie. Il décède le 18 juillet 1740, à l'âge de 75 ans. C’est ce que l’on peut dire être actif dans la communauté, Geneviève les mettait au monde et lui les enterrait.

Geneviève épousa en secondes noces, à l’âge de 78 ans, à Contrecoeur, le 16 novembre 1763, Jean-Baptiste Vel-Sanssoucy, qui décède le 12 mars 1778, à Saint-Ours. Elle est inhumée le 4 janvier 1772, à l’âge de 88 ans. Le nombre de 21 fois où elle est nommée marraine dans sa vie indique qu’elle était sage-femme. Comme son père était chirurgien, cela rend notre avancée d’autant plus plausible.

Trois de leur fils, Alexis, Jean-Baptiste et Joseph perpétuèrent leur descendance. N’étant pas historien, le peu qui a été écrit sur cet ancêtre ne me permet pas d’être plus explicite, mais assez pour provoquer votre curiosité.

Le texte a été écrit par Gilles P. Leclaire


Familles Leclerc.net © 2010 ~ 2018 | Tous droits réservés

Dernière mise à jour: 15/04/2018