"Partir à la recherche de ses ancêtres,
c'est découvrir, petit à petit, l'histoire d'un pays, à travers le vécu de son peuple;
c'est leur rendre hommage, tout en apprenant
à conjuguer le passé avec le présent..."
Suzette Leclair
 

Un brin d'histoire...

 

 

Biographies:
Félix Leclerc, orfèvre
Florent Leclerc
Guillaume Leclerc
John Le Clear
John Lewis Leclerc
Julien Leclerc
Leclerc dit Francoeur
Leclerc de l'Ile du-Prince-Edouard
Leclerc dit Jolicoeur
Leclerc dit La Bécasse
Leclerc dit Lafleur
Leclerc dit Lafrenaye
Nicolas Leclerc
Pierre Leclerc dit King
Auclair dit Leclair
Comeau dit Leclerc
Giroux dit Leclerc
Houde dit Leclerc
Petitclerc dit Leclerc
Pierre Pantaléon dit Leclerc
Van Clerc dit Leclerc
Vareau dit Leclerc

 

Collaborateurs:
Suzette Leclair

Gilles P. Leclaire

 

Webmestre:
Suzette.Leclair@gmail.com 

 

Nous rejoindre:

Gilles P. Leclaire
(514) 453-9387

 

 

 

 

 

Houde dit Clerc / Clair /Lelerc / Leclair...

L’ancêtre Louis Houde, appartient à l’une des premières vagues des colons à venir s’installer en Nouvelle-France. En effet, il arriva à Québec à l’été de 1647, à bord d’un navire de la compagnie des Cent-Associés, comme engagé du seigneur Noël Juchereau. Défricheur, agriculteur et maître maçon, il devint rapidement prospère. Une bonne proportion de québécois de langue française retrouve aujourd’hui dans leur arbre généalogique, quelques descendants de cet ancêtre.

Premier arrivé, premier servi. Dès 1647, il devient propriétaire d’une terre de douze arpent à Cap-Rouge, avec Jean Dufour. Il versera par la suite dans la spéculation foncière. Le 12 janvier 1655, à la paroisse Notre-Dame de Québec,  Louis Houde, né à Manou (aujourd'hui une commune des Portes du Perche), diocèse de Chartres au Perche,  maintenant âgé de 37 ans, convole en justes noces avec Madeleine Boucher, âgée de 13 ans, fille de Marin Boucher et de Perrine Mallet, résidents de l’Ile d’Orléans. Le 27 juin 1658, il achète une terre de quatre arpents de front à Sainte-Famille de l’Île d’Orléans, où le couple élèvera quatorze enfants.

Le 19 août 1685, la bougeotte le reprend. Tout le clan déménage sur une terre de neuf arpents de front par 40 arpents de profondeur, un véritable fief sur le bord du fleuve Saint-Laurent, à Sainte-Croix de Lotbinière, qui deviendra la pépinière des Houde. On les retrouve par la suite utilisant les variantes suivantes du patronyme Houde: Houle, Houl, Oule, Hould, Claire, Clair, Leclerc, Leclair, Desruisseaux, Desrochers.

Ici, ouvrons une parenthèse sur les surnoms qui deviennent des patronymes. Ceux-ci étaient créés pour différencier les gens, habituellement d’une même famille, dans une même paroisse. Donnons l’exemple des fils d’un certain Antoine Trottier. Ils prirent le surnom et patronyme de Desruisseaux, Beaubien, Desaulniers, Labissonnière, Belcourt, Pombert et Desrivières, et le plus jeune conserva le patronyme de Trottier. Bienvenue dans le merveilleux monde de la généalogie…

Le 21 novembre 1713, au registre de la paroisse de Ste-Foy, on note que le petit-fils de Louis et de Madeleine, Gabriel "Houl" (dit Desruisseaux) alors âgé de 21 ans, épouse Jeanne "Petitclair", âgée de 25 ans, fille de Pierre et de France Paris, résidents de Sillery, dont il est question dans la biographie de la famille Petitclerc dit Le Clerc/Clair). Leurs fils François prit à son tour le dit nom de LeClerc/LeClair. Gabriel et Jeanne s’installèrent dans la seigneurie de Baie-Saint-Antoine, à Baie-du-Febvre. Éventuellement, Gabriel, adopta le dit nom de Clair et/ou Clerc selon le cas, et son fils Claude qui épousa Marguerite Trottier, adopta pour sa part le patronyme de Leclerc. Comme dans les familles Petitclerc et Trottier, on était habitué à l'usage des dits noms, la tradition s'est perpétuée chez les Houde/Houle... Plusieurs des Leclerc/Leclair que l'on retrouve aujourd'hui dans région des Bois-Francs sont des descendants de ces familles.

Le texte a été écrit par Gilles P. Leclaire


Familles Leclerc.net © 2010 ~ 2018 | Tous droits réservés

Mise à jour : 15/04/2018